Bruxelles somme Paris de réduire le temps de travail des internes

Le 29 mars dans le figaro économique paraissait un article : "Bruxelles somme Paris de réduire le temps de travail des internes"

Souvenez-vous le 3 mars dernier

 

 je vous invitais à lire *Internez-nous !Vos (futurs) médecins généralistes témoignent, d’Ariane Mussedy, Morgane Lucet, Louise Balas, Bérénice Tilleul, Books on Demand Editions.

L'article :

Bruxelles a donné vendredi deux mois à la France pour diminuer le temps de travail des internes en médecine à 48 heures hebdomadaires, plafond maximal prévu par la législation européenne. Et pour cause : le droit français ne fixe aujourd'hui aucune limite au temps de travail des étudiants en médecine. "les praticiens en formation font souvent trop d'heures dans les hôpitaux publics français." note ainsi la commission. Si rien n'est fait, Paris sera poursuivi devant la Cour de justice de l'Union européenne. En réalité, la France ne tient pas compte de toutes les heures travaillées par les médecins en formation. " les périodes de garde supplémentaires et les heures de cours à l'université ne sont pas couvertes, alors que la directive exige qu'elles soient considérées comme du temps de travail" précise Bruxelles. Pire, "la législation française complique la tâche lorsqu,il s,agit de vérifier si les hôpitaux se conforment aux règles énoncées par la directive européenne".

Une enquête de l'intersyndicat national des internes (Isni), menée il y a deux ans, concluait ainsi que les internes travaillent 60 heures par semaine.

"La Commission va résolument dans le bon sens et oblige le ministère de la Santé à prendre ses responsabilités." s'est réjoui l'Isni, principale organisation d'internes. "il en va de la qualité des soins prodigués et de la santé de ceux qui les prodiguent" insiste de son côté le Syndicats des jeunes généralises (SNJMG). Des négociations sont en cours sur le temps de travail entre les représentants des internes et le ministère de la Santé, depuis la rentrée 2012. L'Isni espère que la procédure d'infration engagée par Bruxelles permettra d'aboutir "rapidement".

syndicat des internes hôpitaux publics internes temps de travail